4.2 - Expériences en rapport avec le domaine de compétence 2 du DEAVS
2° Comment situez-vous le champ et les limites de votre intervention en matière d'actes de soins et d'hygiène ? Donnez des exemples illustrant ces limites

____________________________________________________________________________________

J'assure les soins d'hygiène, de confort et de bien-être : je n'accomplis aucun  acte médical

Prise de médicaments

Le médecin décide si la personne aidée est apte à assumer seule la prise des médicaments prescrits :dans ce cas,  je  veille et aide à l'exécution de cet acte. Dans le cas contraire, c'est un acte médical confié aux intervenants soignants.

015611_v
source    e.santé

Mme A. R. : 100 ans, lucide,  mobilité réduite. Mme A. a besoin d'une canne et de mon aide pour se déplacer. Vit avec sa fille. Mon intervention (mandataire) . 5H tous les mercredis matins. Aide aux actes de la vie quotidienne

La fille de Mme A. R. prépare la table du petit déjeuner avec les médicaments dans une coupelle. Celui du midi est  dans une  boîte à pilules. Je veille à ce que Mme A. R. n'oublie pas de le prendre.

55196852

Escarres

Mlle C. P. : 91 ans. Retour de l'hôpital suite à des brûlures graves aux jambes. Escarres aux talons et fessiers. Vit seule dans son appartement  (immeuble habité par sa famille proche : sœur ( neveu, petits-neveux). Mme C. P.se déplace avec un déambulateur et mon aide. Chaque mouvement la fait souffrir. Bon appétit. Boit peu. Pas d'incontinence.

Mon intervention (mandataire) : samedi et dimanche 3 fois 1/30 (matin, midi, soir). Mêmes horaires pour ma collègue en semaine. Aide aux actes de la vie quotidienne, entretien du lieu de vie et du linge, courses et préparation des repas. Retour au domicile non-préparé (pas de lit médicalisé, pas de coussins anti-escarres, etc). Soins infirmiers pour plaies, escarres, prise de médicaments.

55196873_p

J'accompagne Mlle C. P. aux WC au début et à la fin de chacune de mes interventions. Je suis attentive aux signes laissant craindre l'apparition de nouveaux escarres : (points d'appuis rouges, zones violacées). Je contribue à la prévention des escarres en incitant Mme C. P. à marcher. J'insiste auprès de la famille sur l'urgence de disposer de coussins et matelas anti-escarres. Je fais le lit avec soin, je change souvent  la literie. Je m'efforce de faire boire Mme C. P. et, en mon absence, lui laisse de la boisson à portée de main. Au coucher, je ne fais pas porter le poids des couvertures sur les jambes blessées dont les bandes sont retirées pour la nuit, je pose un coussin sous les chevilles pour protéger les talons des frottements.

55196903_p
Toilette au lavabo

Mme F. M. 71 ans à mon entrée en fonction, atteinte de la maladie d'Alzheimer (malade depuis depuis 1 an et demi  dans cet exemple). Syndrome parkinsonien associé.  Incontinence urinaire. Milieu très aisé. Veuve, sans enfant, sans famille proche. Intervention d'une kinésithérapeute. Accompagnée 12 H par jour,pas de soins infirmiers en place à ce moment-là. Curatelle : Mlle P. C. amie de Mme F.M depuis 40 ans.

Mon intervention (mandataire) : de juin 1999 à mai 2008. Temps plein.

Avant le dîner, je consacre environ 3/4 d'heure à la toilette de Mme F.M. qui est fatiguée et se laisse "dorloter". Je me lave les mains, me gante. Je l'accompagne dans la salle de bains. Je la déshabille, mets son peignoir. Je l'assoie confortablement. Je nettoie son visage avec coton et lait démaquillant, la parfume, fait pénétrer la crème de nuit dans le peau. Ses pieds se relaxent dans une bassine d'eau chaude avec du gros sel, selon son habitude. Je découvre le haut de son corps, le lave avec du savon surgras,  rince, essuie, la couvre. Je  lave  jambes et  pieds de  même. Je sèche entre les orteils avec le séchoir à cheveux car elle préfère ainsi. Lait hydratant sur tout le corps et  crème pour "pieds sensibles".Je la mets en chemise de nuit et robe de chambre ,soquettes et chaussons. Je fais la toilette intime avec un gant tissé et un gel spécifique .Mme F.M se tient debout, appuyée au lavabo : je  sèche  bien  talc dans les plis, Biafine en prévention), protection propre. J'assure l'hygiène nasale avec du sérum physiologique. Cette toilette la repose, la détend, lui redonne de l'énergie.

54864418

Odalisque bleue   Henri Matisse

Transit intestinal et émission d'urine

Je suis très attentive à l'émission d'urine (fréquence, couleur, odeur etc), à la régularité du transit intestinal et à  toute anomalie (odeur, consistance, fréquence).

Mme P. L. : 85 ans, milieu modeste, atteinte de la maladie d'Alzheimer depuis 1 an. Incontinence nocturne. Placement en maison de retraite médicalisée prévu. Déni du problème de santé, refus du besoin d'aide. Mon intervention (mandataire) : mi-temps, le matin de 9H à 13H. Lever, petit déjeuner, courses, préparation du déjeuner, entretien du lieu de vie et du linge.

Je remarque que Mme P.L. va aux WC à tout instant et  qu'elle souille un peu sa culotte (je dois l'aider dans cet acte). Je fais part de ce fait à ma collègue et à sa famille.  Le médecin traitant est consulté et prescrit des examens qui  révèlent une  cystite

Actes de soins : limites

En cas de chute, blessures ou malaise, je préviens les secours, et ne manipule pas la  personne : je suis les consignes que donne le service alerté (Pompiers, SAMU). J'alerte la famille dès que possible ainsi que la responsable du service.

Premiers secours

Transmission (pour chaque situation)

J'observe attentivement pour détecter tout signe de malaise, physique ou psychique (perte d'appétit, changement de l'humeur, désorientation etc). Je note mes observations sur le cahier de transmission, dialogue avec mes collègues. J'informe le référent de la personne aidée, le service infirmier et/ou le médecin et la famille, ainsi que la responsable de mon service.

55454811

Bookmark
and Share