4.3 - Expériences en rapport avec le domaine de compétence 3 du DE AVS
Domaine de compétences 3 du DE AVS  : accompagnement de la vie sociale et relationnelle
Compétences attendues :
Avoir une communication adaptée à la personne
Favoriser et accompagner les relations familiales et sociales de la personne

1° Décrivez une situation où vous avez été amené à adapter votre communication pour vous faire comprendre de la personne aidée
____________________________________________________________________________________________________

Mme F. M. : 71 ans à mon entrée en fonction, atteinte de la maladie d'Alzheimer (malade depuis depuis  5 ans dans cet exemple) Syndrome parkinsonien associé. Milieu très aisé. Veuve, sans enfant, sans famille proche. Intervention d'une kinésithérapeute. Accompagnée 24H/24 et  soins infirmiers en place  dans cet exemple Curatelle : Mlle P. C. amie de Mme F.M.  depuis 40 ans.

Mon intervention (mandataire) : de juin 1999 à mai 2008. Temps plein : 2 après-midi, une nuit, et dimanche.
La compréhension de Mme F. M. s'altère, ainsi que son expression verbale. La communication est maintenue à l'aide de différents supports.

La parole

Je continue à m'exprimer pavec des phrases mais plus courtes et plus simples, accompagnées d'expressions du visage (interrogatives, gaies, inquiètes (si je soupçonne une souffrance ou  un mal-être). Son visage  reste expressif, surtout son regard, mais Mme F. M. peut, par moments, sembler totalement absente. Elle a gardé, des gestes traduisant l'agacement ou la satisfaction que je connais bien, mais leur manifestation est aléatoire.

55466861_p

photo   Mr Alzheimer

Je me place toujours face à elle, attire son attention en prenant ses mains dans les miennes et  j'attends qu'elle me regarde. J'accompagne mes paroles de gestes (je lui montre le fauteuil roulant pour un transfert). Chaque acte est préparé avec le même rituel pour que Mme F.M. puisse l'identifier.

Je ne pose plus de questions "ouvertes" mais celles auxquelles elle peut répondre par "oui" ou "non". Pour choisir ses vêtements,  je lui montre ses robes une à une jusqu'à  ce que l'expression du regard indique une approbation.

55466867

auto portrait de Bernard Meyer

*******

Décoder, comprendre pour mieux accompagner

Face à l'oubli des mots, la palilalie (répétition sans arrêt), la perturbation de la conception des phrases, l'auteur Jacinthe Grisé psychologue, gérontologue, a mis au point une méthode centrée sur la communication non verbale (CNV) : touchers, gestuelles, distances, postures, expressions du visage, du regard.

" Parce que la personne malade peut communiquer jusque la fin de sa vie " , l'auteur propose un processus de réflexions/actions associé à des exemples de gestuelles adaptées (en images) pour maintenir la communication et comprendre les éventuelles moments critiques.

55334125

*******

Le toucher

Une relation par le toucher s'établit  spontanément.. Ce changement correspond à la dégradation de la mobilité. Pour les déplacements, j'aide Mme F. M. en la soutenant de plus en plus fermement (pertes d'équilibre) et pour les transferts, elle a besoin que je la maintienne un moment bien serrée dans mes bras. Mme F.M. exprime alors son besoin d'être rassurée et adopte une attitude appelant des gestes affectueux (je lui caresse les cheveux, la berce) et la garde contre moi le temps qu'elle souhaite.

- Les soins d'hygiène et de confort deviennent des moments privilégiés où la communication s'établit par la douceur et la lenteur de l'exécution : je fais les changes au lit,  je lui laisse un temps de repos entre chaque manipulation. Je vois alors si elle sourit, si elle semble contrariée. Dans ce cas, je protège le lit et l'installe confortablement, je parle un instant avec elle, et attends qu'elle se détende..
- Je l'embrasse pour la saluer. Mme M. F. éprouve maintenant le besoin de prodiguer et de recevoir des gestes affectueux, alors qu'elle observait une grande réserve dans ce domaine.

La vue

Je ne  parle à  Mme F.M. que de sujets concrets : personne présente (à l'exception de celles qu'elle identifie à l'évocation de leur nom : son amie, un enfant qu'elle affectionne particulièrement, les monuments que nous voyons lors d'une promenade..  Lorsque j'évoque des souvenirs de son passé,  je lui montre les photos, lorsque je lui parle de ses peintres favoris, je lui montre un livre avec ses œuvres.

Orchidee
anamorphose

Je m'appuie beaucoup sur ses livres préférés et illustrés (livre sur les orchidées, les porcelaines ). Lorsque je commence un travail d'entretien, je l'amène avec moi dans la pièce où je suis et lui parle de ce que je fais : si je fais les poussières, je lui montre les photos ou bibelots que je déplace. Je sors ses souvenirs de voyage de la vitrine pour lui parler de tel ou tel pays qu'elle a visiter.

Mémoire ancienne : mobiliser les capacités de la personne

Mme F. M.  parlait parfaitement anglais et aime cette langue : bien que mon anglais soit rudimentaire et plus qu'imparfait, je m'adresse  à elle dans cette langue (voulez-vous boire, manger, vous asseoir) ce qui l'amuse beaucoup d'une part, et d'autre part,  elle manifeste sa compréhension et l'envie de me corriger.

Reformulation


Mme F. M  prononce parfois  un mot, émet une onomatopée, change d' expression du visage :  je reformule ce que je comprends : " Êtes-vous bien installée ? Avez-vous soif ? Étes-vous fatiguée ? "
Je fais les gestes pour modifier sa position, lui apporte un verre d'eau, l'allonge. Je guette un signe d'approbation ou de désapprobation.

Reformulation

L'odorat

Mme F.M. est toujours sensible et réactive aux odeurs : en promenade, je lui fais respirer les fleurs en lui nommant (roses, chèvrefeuille). Je lui fait respirer différents parfums pour qu'elle choisisse celui qui lui convient.

Je lui fait sentir les aliments avant préparation  et pendant la cuisson.

Communication  avec des patients atteints de la maladie d'Alzheimer

Bookmark
and Share